LA RÉACTION OFFICIELLE DE L'ARVPAT AUX RÉSULTATS DU SCRUTIN RÉFÉRENDAIRE DU 2 OCTOBRE

Association des riverains du Vieux Pointe-aux-Trembles
C O M M U N I Q U É

Le résultat net  du scrutin référendaire du 2 octobre 2016 : la consultation publique  a  fonctionné !

(3 octobre  2016) -  Au terme du scrutin référendaire tenu le dimanche 2 octobre sur l’approbation ou non par les électeurs concernés,  d’une modification au zonage des secteurs 104, 218 et 219 requise  pour aménager une scène de spectacles et belvédère en porte-à-faux sur la berge à l’arrière de la Maison du citoyen, 56.3% [147 sur 261] des personnes éligibles se sont prononcées, et 52.3% de ce nombre [77 sur 147] ont signifié une réponse positive au règlement RCA09-Z01-025-3. [68 ont voté NON et 2 votes ont été déclarés nuls].   Promoteure de « l’option pour le non », qui a été défaite par seulement  neuf (9) votes, l’Association des riverains du Vieux Pointe-aux-Trembles (ARVPAT) se déclare tout de même  très satisfaite du passage obligé pour les élus municipaux de RDP-PAT de cet exercice de consultation publique décisionnelle qui s’est opéré sur la nature  et les impacts de leur  projet de legs du 375e anniversaire de Montréal.

« Notre  ténacité manifestée depuis avril dernier  en tant que protecteurs et gardiens  des berges du St-Laurent a permis que le parc Neuville-sur-Vannes et l’île de la Batture de P.A.T. soient définitivement soustraites à ce type d’aménagement. Quant à la modification de zonage sur la protection de la rive dans la cour arrière de la Maison du citoyen pour cette installation et ses impacts , qui a été entérinée par une faible majorité des électeurs concernés, nous sommes très satisfaits de nos efforts qui ont été déployés en faveur d’une meilleure connaissance,  transparente et intelligente,  des enjeux en cause sur notre bien commun », de commenter Paul Dalcourt, président du conseil d’administration de l’ARVPAT et co-président de  l’Option pour le NON. « Présent personnellement sur les lieux durant une partie de ce  scrutin, je suis à même de féliciter toutes les personnes, quelque ait été leur choix, qui se sont déplacées pour y  exprimer une véritable  participation citoyenne active et je félicite notre équipe de communicateurs qui ont lancé l’alerte et animé le débat », d’ajouter monsieur Dalcourt.

                                                                    -30-
______________________
Source : Maurice H. Vanier

514-645-5955

L'OPTION DU NON le dimanche 2 octobre - POURQUOI ? - 5e partie/5

Le Pointelier Maurice DAY et son
oeuvre, à la Maison de la culture
de P.A.T. dès samedi le 1er octobre
.
Avec cette cinquième chronique se termine notre exposition des arguments que nous estimons valables  pour expliquer au public  l'OPTION DU NON  proposée aux personnes éligibles à voter lors  du scrutin référendaire du dimanche 2 octobre. 

Celle-ci soutiendra  que l'absence de consultation préalable de ce projet de scène de spectacles met en évidence son manque de préparation rigoureuse puisqu'on ne dispose pas à ce jour d'études fournies au public par une maison reconnue de scénographie. Les opinions d'experts que nous avons consultés, tel Maurice Day [dont la notoriété professionnelle sera soulignée dès le 1er octobre à la Maison de la culture], nous ont confortés dans notre élaboration d'un aménagement différent.

À PROPOS DU SON... 
Un autre membre de notre équipe de ressources techniques, l'ingénieur Pierre Bleau, retraité de la Ville de Montréal, a noté que l'arrondissement RDP-PAT autorise systématiquement par règlement, les activités avec un niveau de pression acoustique maximale de 80 dBA mesuré à 35 mètre de la source.

Les parcs étant déjà à 60 dBA le jour et 50 le soir sans autorisation particulière...alors que la limite est moindre dans les chambres à coucher.

On peut donc comprendre les appréhensions des résidants du secteur  compte tenu de l'absence d'étude acoustique par un expert.



L'OPTION DU NON le dimanche 2 octobre - POURQUOI ? - 4e partie/5

Magnifique vue, apaisante,  du fleuve à l'arrière de l'ancien couvent
que le plan directeur  de revitalisation  en  2012 réservait aux promeneurs
 et aux cyclistes en compatibilité avec le milieu de vie environnant.
Mais une autre direction se prépare, selon cette photo récente !

Dans le cadre de notre campagne  de communication en appui à l'OPTION DU NON lors du scrutin référendaire  du dimanche 2 octobre, nos deux dernières chroniques traiteront chacune  des deux préoccupations majeures soulevées par l' ARVPAT depuis l'annonce, sans consultation préalable, de ce legs particulier du 375e anniversaire de Montréal dans la deuxième plus ancienne paroisse rurale de l'île (1674). D'abord on examinera la non -conformité  du lieu prévu. Puis, en 5e partie, les nuisances liées  à l'aménagement en porte-à-faux à la bande riveraine  d'une scène de spectacles-belvédère  à proximité des résidences,dont une coopérative d'habitation logeant soixante-neuf personnes âgées.

Faut-il rappeler que les religieuses, du temps  qu'elles étaient propriétaires du couvent avant sa vente pour une  conversion municipale en bâtiment administratif de "Maison du citoyen" , avaient étroitement collaboré avec les retraités d 'ESSO  qui souhaitaient  se bâtir sur une partie de leur terrain. Parce qu'il y avait  notamment, à partager des intérêts mutuels d'une tranquillité "immobilière" assurée pour longtemps de part et d'autre. Et lorsque par la force des événements, l'historique couvent fut vendu à la ville pour fin de transformation en bureaux, les élus  ont alors assuré    les résidants de la Villa Trois-Étoiles qu'ils ne seraient jamais incommodés, le plan directeur de revitalisation du Vieux Pointe-aux-Trembles adopté au terme d'une longue consultation devant  attester de leur bonne foi. 

La suite des événements a plutôt annoncé le contraire. Aménagement coûteux d'une "Maison du citoyen" sans consultation publique auprès de celui-ci, encore moins d'information fournie  en cours du long processus de construction en dents de scie. Et maintenant, ceci, qui heureusement, impose à nos élus de s'expliquer pour obtenir la ratification ou non de leur décision de modifier la protection de la berge et de sa vitrine fluviale.

Parmi nos documents validant L'OPTION DU NON transmis mercredi et jeudi  aux électeurs concernés, figure celui-ci qui résume fort bien l'enjeu traité dans cette chronique et celui qui sera abordé dans la partie 5.